BIENVENUE SUR LE SITE OFFICIEL

the believers, logo, paranormal,
the believers, sandy lakdar, jonathan dailler,
the believers, tipeee, logo,

Cliquez ici pour lire cet article sur Facebook.

Avec ce que nous avions vécu et découvert lors de notre dernière enquête en Angleterre, notre envie de retourner sur cette terre voisine était évidente et se faisait de plus en plus ressentir. Du coup, j'ai regardé où nous pouvions nous diriger et de click en click j'ai découvert cet extraordinaire et incroyable lieu qu'est l'hopital de Newsham Park. Le propriétaire loue ce bâtiment tous les week-ends à des enquêteurs anglais pour des ghosts hunts à tel point qu'il y a plus de 6 mois d'attente avant de pouvoir le louer. Heureusement de notre côté nous devions y aller en pleine semaine et n'avons donc pas eu à attendre autant de temps pour pouvoir investir les lieux.

 

Évidemment nous avons proposé à notre collaborateur anglais Leslie Corney s'il était prêt à nous suivre dans cette nouvelle aventure et sa réponse a là encore été immédiate et positive. Après quelques échanges d'emails notre choix était fait sur la date et il ne nous restait plus qu'à compter les jours avant de partir pour cette nouvelle enquête. Durant les jours qui nous séparaient du départ, j'ai pu faire mes recherches sur le lieu, sur ce que l'on sait, sur ce qui s'est passé et sur ce qu'il s'y passe actuellement. Tout comme pour le Ram Inn, il m'a été très facile de trouver des informations sur les faits paranormaux connus dans ces lieux car des dizaines et des dizaines d'enquêteurs sont déjà passés dans les lieux. Du coup j'ai même décidé d'inviter deux membres d'un de ces groupes pour les interviewer et avoir leur opinion sur cette bâtisse vieille de 150 ans.

 

Revenons d'ailleurs sur le passé de cette institution de Liverpool. Au tout départ, il s'agissait d'un orphelinat construit pour s'occuper des enfants dont les pères marins étaient défunts. Liverpool étant une ville portuaire, il y avait une vraie nécessité de pouvoir venir en aide aux pauvres enfants dont les parents avaient péri durant leur périple en mer. Il ne faut pas oublier qu'à l'époque le travail de marin était encore plus dangereux qu'aujourd'hui et que la vie de ces travailleurs était mise en demeure à chaque départ de bateaux.

 

À l'époque l'orphelinat s'appelait "The Royal Liverpool Seamen's Orphanage", j'ai retrouvé des témoignages d'anciens orphelins qui ont vécu là-bas et d'après ce qu'ils en disent leurs souvenirs sont plutôt négatifs. À tel point qu'ils comparaient même l'arrivée de la Seconde Guerre mondiale comme une bénédiction, car c'est à cette occasion que les orphelins ont été déplacé et mis dans une institution plus sécurisée et ils y resteront même après la guerre. C'est ainsi que l'orphelinat ferma ses portes pendant quelques années avant de les rouvrir non pas pour accueillir de jeunes enfants sans parents, mais cette fois ce sera pour y enfermer des malades mentaux dont les états sont des plus critiques et même dangereux. (Sur place nous apprendrons qu'un des tueurs les plus "célèbres" d'Angleterre y était enfermé.)

 

Ce n'est pas par hasard si notre choix s'est porté sur ce lieu... L'opportunité de pouvoir enquêter dans un lieu si chargé en histoire était une vraie occasion unique pour nous. Le fait que cela se passe en Angleterre allait également être le moyen de pouvoir découvrir si oui ou non nous allions pouvoir comme dans le Ram Inn enregistrer des voix en français. Pouvant ainsi continuer de nous faire avancer sur cette supposition qu'il n'y a pas de barrière de langues lorsqu'on passe de l'autre côté.

 

Le fait qu’une partie du mobilier de l'hôpital soit toujours dans les lieux allait pouvoir nous aider à nous replonger durant cette période chaotique que devaient vivre ses patients. D'ailleurs, j'ai lu à plusieurs reprises lors de mes recherches que de nombreux malades disaient voir et entendre des enfants. Mais du fait qu'ils étaient enfermés pour des maladies mentales, personne n'a cru une seconde sur ce que ses patients auraient cru voir ou ressentir.

 

Cette enquête allait également nous permettre de réaliser une expérience que j'avais envie d'essayer depuis mes recherches sur Camille Flammarion. À l'époque, j'ai découvert qu'un instrument du nom de thérémine était utilisé au début du siècle pour faire de la musique grâce aux signaux fréquences généré pars l’appareil. C'est-à-dire que sans toucher l'instrument, les notes sortaient et la mélodie se composait suivant les mouvements de vos mains... Au moment où nous préparions notre départ pour l'Observatoire de Flammarion, j'avais entre guillemets retourné Paris pour pouvoir louer cet instrument mais malheureusement je n'en ai trouvé aucun à part à la vente direct. Nous ne pouvions pas nous permettre une telle dépense.

 

J'avais même lancé un "SOS" à l'un des membres de l'association des amis du thérémine qui avait relayé mon appel sur leur facebook... Mais cela n'avait pas abouti. J'avais parlé à Leslie de cette possibilité d'expérience lors de notre rencontre au Ram Inn et celui-ci s'en était souvenu et il nous a fait la surprise d'arriver à Liverpool avec un vrai thérémine analogique qu'il avait réussi à louer dans sa région de Newcastle. Nous avions également ramené un autre appareil depuis Paris pour une expérience qui n'a encore jamais été faite mais nous n'avons pas pu la mettre en place du fait que le bâtiment était démuni d'électricité dans sa quasi-totalité. Ce sera donc dans un autre épisode que vous découvrirez ce dans quoi nous venons d'investir.

 

Les conditions de tournage dans cet orphelinat ont été des plus difficiles, nous ne l'avons pas fait apparaître à l'image mais nous avons enchaîné les problèmes et les mauvaises nouvelles. Très peu de choses se sont passées comme nous l'avions pensé. Sans parler du lieu qui nous suçait doucement mais sûrement chaque particule d'énergie que nous pouvions avoir. À chaque fois nous avons dû improviser et prendre sur nous pour ne pas plier bagage avant l'heure, de toute façon il nous était impossible de partir car le propriétaire nous avait littéralement enfermés dans l'immeuble. J'en étais même venue à me dire que nous étions exactement en train de vivre ce que les "locataires" (enfant ou malade) vivaient à l'époque : un isolement total et absolu.

 

Les résultats obtenus lors de cette enquête sont extraordinaires, j'ai personnellement été plutôt fière de moi car je n'ai pas eu peur lors de l'intense échange que j'ai réussi à faire dans la salle d'autopsie. Ce que Jon et les garçons ont pu enregistrer sur les caméras dans le couloir des "naughty boys rooms" glace le sang et est incassable. Ils ont réellement réussi à entrer en contact avec un des orphelins et celui-ci a expressément manifesté sa présence. Si vous n'avez toujours pas vue l'épisode de Newsham Park, je vous conseille vivement d'y jeter un œil, cette enquête restera dans nos mémoires. À suivre...

 

Sandy Lakdar

(2015)

 

6# CARNET DE NOTES : L’ HÔPITAL DE NEWSHAM PARK.

6# TRAVEL NOTES

sandy lakdar, photo, portrait, the believers,

Suivez Sandy

hôpital, Newsham Park, the believers, photo, paranormal,

L’hôpital de Newsham Park.

.

Rejoignez la communauté

À travers whatisthebelievers nous souhaitons vous faire entrer dans une expérience multi arts, via l'image, l'écriture, la musique et bien plus… Que l'expérience aille au-delà des épisodes. Continuer à développer l'enquête dans l'enquête. Nous espérons que vous prendrez plaisir à descendre toujours plus profond dans le terrier du lapin blanc et n'oubliez pas de suivre le chat blanc. Sandy & Jonathan

COPYRIGHT © 2013/2017 GATE 23 PRODUCTIONS. TOUS DROITS RÉSERVÉS (V.3)