BIENVENUE SUR LE SITE OFFICIEL

the believers, logo, paranormal,
the believers, sandy lakdar, jonathan dailler,
the believers, tipeee, logo,

Cliquez ici pour lire cet article sur Facebook.

Rappel : Dans les notes précédentes, je vous expliquais les différents facteurs m’ayant mené sur la route du paranormal et la première enquête effectuée au Château de Fougeret. C’est dans ce château que j’ai filmé une troublante séquence (que vous pouvez voir ou revoir dans notre 1er épisode) lors des dernières minutes de notre investigation.

 

Cela faisait tout juste deux semaines que nous étions de retour sur Paris, et je cherchais depuis quelques jours  à entrer en contact avec soit un expert audiovisuel pouvant prouver l’authenticité des images que je venais de tourner à Fougeret, ou un expert pouvant me donner son point de vue sur cette apparition qui sortait du mur pour se diriger tout droit sur moi.

 

J’ai téléphoné à un bon nombre de studios d’expertise ou audiovisuel et tous étaient bien embêtés par ma question et étaient incapables de m’y répondre… Il y en a même un qui m’a conseillé de me rapprocher de la police scientifique…  Je ne vous cacherai pas ma déception, mais c’est le genre d’impasse dans laquelle je commence à être habitué de me retrouver vis-à-vis de la France... mais ce n’est pas cela qui va me faire baisser les bras…

 

Je sais que ce qui s’est joué devant moi n’est pas de l’ordre d’une hallucination, et je suis d’autant plus subjuguée lorsqu’on me dit qu’il s’agit de simples phares de voitures ou encore d’un reflet de lumière comme j’ai pu l’entendre.  (Il ne faut pas oublier que tout ceci s’est passé à 4h du matin, au 1er étage d’un château perdu au milieu de la campagne et que je suis face à un mur et non une fenêtre…). C’est quelque chose de bien plus étonnant que cela,  c’est pourquoi je reste encore très favorable à l’interprétation dont  je vous ai fait part dans mon film c’est-à-dire de la manifestation de cette petite fille dont Véronique m’avait parlé…  Après, je peux comprendre qu’on puisse refuser d’y croire lorsque l’on sait que notre réalité est tellement ancrée dans un monde aussi cartésien que le nôtre. Mais lorsque les faits sont là, pourquoi les ignorer ? Devons-nous rester les esclaves d’une réalité préfabriquée ?

 

Lors de mes notes précédentes, j’ai oublié de vous préciser que lorsque nous avons pris la décision de se lancer dans cette quête avec Jonathan, nous nous étions mis d’accord pour n’en parler à personne avant d’être sûr de notre démarche et de notre engagement…  Seule une personne était au courant de notre projet,  il s’agissait de Pascal Jaubert, un ami de très longue date à qui j’avais initialement proposé d’être notre 3ème homme pour le pilote. Malheureusement, pour des questions de timing il avait dû refuser à contrecœur, mais il s’était tout de même renseigné sur le sujet en regardant quelques épisodes de Ghost Adventures et en lisant quelques articles que je lui ai conseillés. Dimanche 28 avril (toujours 2 semaines après notre retour de Fougeret), je brunch chez moi avec une amie lorsque je reçois le texto de mon ami Pascal qui me dit se trouver devant Zak Bagans pour un tournage de 3 jours sur Paris. Sur le coup je pense que c’est une blague et avoue ne pas vraiment comprendre et lui répond  que son humour laisse à désirer pour un dimanche matin… Là-dessus il m’assure l’authenticité de ses dires et me donne quelques informations pour que je puisse le rencontrer quitte à devoir provoquer le hasard.

 

Incroyable ! Cela fait au moins dix jours que je retourne Paris à la recherche de quelqu’un pouvant prendre deux minutes et me donner une opinion sur ce que j’ai filmé, et j’apprends que Zak Bagans, un des meilleurs enquêteurs du paranormal auquel je n’aurais jamais pensé pouvoir directement m’adresser est  justement dans ma ville. C’est un signe que je ne peux ignorer. Ni une, ni deux, je prends mon IPad où j’avais préalablement pris soin d’y copier mon rush original et me voilà partie à la rencontre de Mr Bagans en demandant l’aide de tous mes anges pour m’accompagner et réussir à le convaincre de m’écouter.

 

En direction de l’adresse que m’avait indiquée Pascal, je reconnais immédiatement Zak qui est alors à quelques mètres de moi. Je réunis tout mon courage en prenant conscience que j’ai certainement moins de deux minutes pour lui expliquer qui je suis, ce que je fais et ce que je voudrais, avant de me faire évacuer.  C’est donc ainsi que j’ai sorti un monologue où je synthétisais la mort de Becca, les poltergeists chez moi, l’envie de comprendre, mon essai à Fougeret, et cette preuve filmée. Zak était alors aux côtés de Billy Tolley et tous les deux m’ont attentivement écouté, se sont regardé et Zak a enchaîné direct en me proposant de l’accompagner le lendemain soir dans les catacombes de Paris. Le rendez-vous s’est donc pris tout naturellement et c’est ainsi que je me suis retrouvé aux côtés de Zak pour le tournage de son documentaire NetherWorld.

 

Zak était conscient que je commençais à peine dans le milieu de paranormal, mais je pense que ma démarche l’a touché, et vu que de toute façon il n’y a pas d’école du paranormal, personne ne décrochera jamais un diplôme où l’on pourra lire le titre d’enquêteur officiel. Tout le monde sait qu’il n’y a que l’expérience sur le terrain qui peut te perfectionner et enrichir ta méthodologie. Non seulement je vais pouvoir terminer mon épisode avec les commentaires d’une personne telle que Zak Bagans, mais en plus je vais être invitée dans son propre documentaire qu’il tourne à Paris. L’opportunité de travailler avec Zak a été une réelle bénédiction et je ne peux m’empêcher de penser que certaines forces extérieures ont dû jouer en ma faveur afin de mettre en route cet engrenage…

 

Le fait de me retrouver là où je suis aujourd’hui n’est pas du simple fruit du hasard, j’ai suivi les flèches qui se profilaient devant moi, et tout s’est déroulé le plus naturellement du monde. Quasiment un an jour pour jour après mes débuts dans le paranormal, ce sont tous mes repères et toute ma vie qui ont changé, et pourtant je ne me suis jamais aussi bien senti dans mes baskets qu’aujourd’hui. Je continue de travailler sur le sujet, élaborer de nouvelles expériences, trouver de nouveaux lieux, réfléchir sur de nouvelles théories, et je m’en réjouis jour après jour. Avec Jonathan, nous avons perdu quelques personnes de notre entourage qui n’ont pas compris notre virage à 180°C mais nous n’en voulons à personne, tout le monde est libre de croire ce qu’il veut… Ainsi va la vie…

 

Nous avons conscience d’avoir pris part à une bataille très difficile et nous sommes prêts à nous battre pour que les choses évoluent. Toutes ces anecdotes, ces synchronicités et ces coups du hasard ont été les pièces maitresses qui nous ont motivés à continuer sur cette route et à se battre pour faire exister The Believers qui est devenu le relais de nos expériences, recherches et études. Que nous soyons diffusés en télé ou pas n’est qu’un détail, peu importe d’être médiatiquement connu ou reconnu dans cette histoire, ce n’est pas la question. Comme je l’expliquais dans ma note précédente, si nous avons choisi de mettre en location les épisodes c’est uniquement pour pouvoir se rembourser et espérer faire évoluer  cette recherche. Ce n’est pas la finalité de The Believers, mais c’est bel et bien de pouvoir comprendre cet univers de vie après la mort et du monde des esprits.

 

Chaque résultat obtenu est une pièce en plus placée sur la matrice d’un puzzle de 100.000 pièces et si la tâche semble interminable, elle en vaut tellement la peine que cela ne me pose aucun problème. À présent, vous connaissez ce qui a construit les fondations de The Believers, et vous allez pouvoir suivre l’évolution de notre travail, de nos résultats, en espérant que nous pourrons compter sur votre soutien et votre participation. À suivre…

 

Sandy Lakdar

(2014)

 

3# CARNET DE NOTES : UNE RENCONTRE INATTENDUE.

3# TRAVEL NOTES

sandy lakdar, photo, portrait, the believers,

Suivez Sandy

Zak Bagans and Sandy in Netherworld (Travel Channel)

.

Rejoignez la communauté

À travers whatisthebelievers nous souhaitons vous faire entrer dans une expérience multi arts, via l'image, l'écriture, la musique et bien plus… Que l'expérience aille au-delà des épisodes. Continuer à développer l'enquête dans l'enquête. Nous espérons que vous prendrez plaisir à descendre toujours plus profond dans le terrier du lapin blanc et n'oubliez pas de suivre le chat blanc. Sandy & Jonathan

COPYRIGHT © 2013/2017 GATE 23 PRODUCTIONS. TOUS DROITS RÉSERVÉS (V.3)