BIENVENUE SUR LE SITE OFFICIEL

the believers, logo, paranormal,
the believers, sandy lakdar, jonathan dailler,
the believers, tipeee, logo,

Mes origines avec l'inconnu suite et fin : Cela faisait maintenant plusieurs mois que j'étais dans mon appartement, mon premier en tant que jeune adulte, c'est à dire très basique, genre T1... Je dois vous avouer que je n’étais pas des plus tranquille de me retrouver seul car pendant de longues années (de mon enfance à l'adolescence) j'ai partagé ma chambre avec l'une de mes sœurs et j'avais fini par en prendre l'habitude. Mais il était temps pour moi de prendre mon envol et donc de m'accoutumer à cette nouvelle indépendance. Toutefois, je me doutais bien que cela risquerait de m'ouvrir à de nouvelles choses étranges, et bien que cette idée était loin de me rassuré, je n'y pensais pas non plus constamment...

 

Quelques mois à peine après mon emménagement, je me remis à faire des rêves particuliers voire déroutants. Je rêvais d'une présence ressemblant à une épaisse masse noire, comme de la fumée très sombre... Celle-ci venait me réveiller pour me pousser hors de chez moi jusqu'à ce que je me retrouve sur le palier du hall de l'immeuble, et la porte de chez moi se bloquait à tel point qu'elle devenait impossible à ouvrir. Bien sûr la première fois j'ai pris cela comme un simple cauchemar. Pareil, pour la seconde fois, etc... Et puis petit à petit le rêve se répéta encore et encore, jusqu'à le faire 3 à 4 fois par mois. La situation était toujours la même, la présence me repoussait toujours de chez moi mais sans jamais me toucher, juste par la pensée, la peur. Seuls mes habits et quelques détails changeaient à mesure des versions. Je peux vous dire qu'au bout d'un moment les réveils au milieu de la nuit devenaient difficiles. À mesure l'atmosphère de chez moi était de plus en plus lourde de jour comme de nuit. Mais j'essayais de ne pas trop y penser et me forçais à passer le plus de temps hors de chez moi.

 

Mais je savais bien que si cette énergie était réelle, elle finirait par se dévoiler dans notre monde physique. Et c'est ce qu'elle fît un soir d'été… Ce soir-là j'étais dans mon lit, c'est à dire dans mon salon, en train de lire un comics... La télévision, l'ordinateur étaient tous éteins, il n'y avait pas un bruit, c'était le calme plat. Niveau horaire nous étions en début de deuxième partie de soirée. Puis, tout à coup, j'entends et finis par voir les 5 grands posters alignés sur l’un de mes murs se détacher les uns après les autres, chacun son tour. Je lâche mon comics, me plaqua contre le mur calmement et tente de ne pas paniquer. C'est alors qu'en l'espace d'un instant ma télévision s'alluma puis c'est au tour de mon lecteur de DVD qui en rajouta en ouvrant son compartiment à disque. Toutes ces manifestations se sont déroulées en moins de 2 minutes. Mon cerveau était en dépressurisation totale, jamais je n'avais été témoin de poltergeists aussi intenses !

 

Je me lève pour agripper mon téléphone avec l'idée immédiate de partir, mais je me résonne. Je savais que c'était elle... L'ombre de mes rêves, et c'était exactement ce qu'elle voulait. Alors j'ai ouvert les fenêtres de mon salon en grand et je me suis installé sur le rebord de celles-ci pour avoir le plus possible mon corps en contact avec l'extérieur. Je suis en stress mais j'essaye de rester le plus courageux possible et me répète "Je ne dois pas partir, je suis chez moi..." Évidemment la seule personne capable de faire quelque chose face à une telle situation était ma mère, c'était ma Wonder Woman du "paranormal". Je regarde l'heure et me rend compte qu'il est déjà tard, du coup j'hésite car elle est tout de même à 15 kilomètres de chez moi. "Est-ce qu'elle voudra bien prendre la voiture ? Pourra-t-elle faire quelque chose ?" Mon cerveau fume, je ne sais que faire.

 

"Allez, je l'appelle" Pour faire simple, 30 minutes plus tard "SuperMaman" était là. Avec le recul cela me fait sourire, j'étais en plein "Who you gonna call ? My mom". Mais revenons au moment où je ne souriais pas du tout... Après les 30 minutes les plus longues de “ma vie”, je la vois se garer et pars direct la rejoindre dans la rue. Je lui explique la situation, les rêves quotidiens et le bordel qui vient d'arriver. Elle me dit "reste là, je vais monter voir". Elle passa une vingtaine de minutes seule dans l’appartement. Elle redescendit dans la rue me dire que ça ira pour cette nuit, mais elle reviendra demain passer un moment dans l’appart pendant mes heures de boulot. Après le travail, je l’appelle pour avoir des nouvelles et elle me dira “Ne t’inquiètes plus, il n’arrivera plus rien”. Effectivement, après cette nuit, tout s'arrêta, plus aucun rêve sinistre, zéro poltergeist et plus aucune sensation d'oppression. J’étais de nouveau chez moi et j'y étais bien.

 

Après cela les années ont défilées sans que je vive le moindre événement dit "paranormal" où que je sois. Je vis ma vingtaine à 100 à l'heure la tête dans mon travail, je passe mon temps sur la route entre déplacements en tourbus, en train, en avion, bref je bouge constamment et j'ai rarement le temps de me poser si ce n'est pour faire les montages des vidéos que je produisais. Les esprits et autres mystères de l'au-delà étaient à présent bien derrière moi, quant à la spiritualité... le monde dans lequel je gravitais en était à des années-lumière. Comme beaucoup, je consumais la vie sans jamais la comprendre, mais le destin ne m'avait pas encore montré toutes ses cartes. Je finis donc par rencontrer Sandy quelques années après mon installation sur Paris. Les choses vont assez vite entre nous et j’emménage chez elle rapidement. Ensuite vous connaissez sûrement l'histoire, sinon je vous invite à lire : Les origines de The Believers

 

 

Cliquez ici pour lire cet article sur Facebook.

2# SUPPLÉMENTS : MES ORIGINES AVEC L'INCONNU (Part.2).

BONUS

photo, portrait, the believers, jonathan dailler,

Suivez Jonathan

the believers, jonathan dailler, portrait, photo,

J'aurai vécu mon enfance et une partie de mon adolescence témoin de phénomènes dit "paranormaux" au point de finir par faire un blocage sur le sujet. Mais voilà une forme de destin me veut dans cette réalité. Je me rends compte que tout mon passé, mes expériences, mon travail et j'en passe m'avaient préparé à avoir les multiples capacités pour faire The Believers. Car nous ne sommes que deux pour faire TB. Il y a réellement personne d'autre derrière les fourneaux hormis Sandy et moi-même. En acceptant la mission, j'allais devoir à 28 ans, sur un seul et même projet, prendre la casquette d'enquêteur, producteur, réalisateur, cameraman, monteur, étalonneur, compositeur, webmaster et j'en passe. Maintenant je comprends mieux mon passé “touche à tout”.

 

Plonger dans TB m’a coûté de devoir faire face à toutes mes anciennes peurs et je vous promets que cela n’a vraiment pas été facile au début. Après le retour de notre première enquête, Sandy aura été témoin d'un vrai “pétage de câble” chez moi. Je venais de replonger dans cette réalité, j'avais de nouveau senti, entendu... Il était maintenant impossible pour moi de ne pas comprendre... J'avais avec moi la science d'aujourd'hui pour commencer à reconstruire ce puzzle immense, je devais savoir le pourquoi du comment au plus vite. Je me suis mis à lire et à regarder tout ce que je pouvais sur les théories quantiques, la théorie des cordes, la parapsychologie, le karma, les NDE, la spiritualité, etc... Toutes ces recherches intenses me font tomber sur d'autres recherches. Je comprends l'impact de l'homme sur la nature, le fait que ça soit l’holocauste tous les jours pour les animaux (Juste pour la France plus de 3 millions d’animaux sont tués chaque jours pour la consommation humaine, je vous laisse imaginer les chiffres pour un pays comme les États-Unis)... Les images me font pleurer, je sens mon âme touchée en plein cœur. Je fini par totalement saturer, je ne dors presque plus et pense constamment. Imaginez-vous que j'étais devenue comme Neo qui vient de rencontrer Morpheus mais au lieu de prendre une pilule rouge, j'ai eu droit à une boîte entière.

 

À force d'apprendre et de m'ouvrir si vite à telle ou telle réalité, je finis en 3 mois par comprendre que ma vie était entourée de mensonges et de simulacres à en vomir. La société m'a lobotomisé et je ne veux plus l'être. Vous savez peut-être que le film The Matrix est en quelque sorte ma "personal bible". Le film est ce que l'on appelle une machine philosophique et aujourd’hui bon nombre de ses dialogues, interprétations et autres me guident dans la vie…

 

Face à la situation mentale dans laquelle j'étais je repensai à cette scène où Morpheus dit et montre la vérité à Neo qui la rejettera sur le champ jusqu'à vomir et s'évanouir. Plus tard dans la soirée Morpheus finit par le retrouver dans sa cabine et lui dit : “I owe you an apology. We have a rule. We never free a mind once it's reached a certain age. It's dangerous. The mind has trouble letting go. I've seen it before, and I'm sorry.”

 

“Je te dois des excuses. Nous avons pour règle de ne jamais libérer un esprit avant un certain âge. C'est risqué. L'esprit ne lâche pas prise. C'est déjà arrivé. Je suis désolé.”

 

Ou bien cette scène ou Neo pour son entraînement marche dans les rues d’une simulation de la matrice et Morpheus lui dit : “You have to understand most of these people are not ready to be unplugged. And many of them are so inert so hopelessly dependent on the system that they will fight to protect it.”

 

“Tu dois comprendre que la plupart des personnes ne supporteraient pas d'être débranchés. Certains sont si amorphes, et tellement dépendants du système, qu'ils se battraient pour le protéger.”

 

Mais moi je n'avais pas de Morpheus. J'étais seul face à ma déconnexion, j'étais allez trop vite. Mais en même temps je savais que j'avais besoin de cet électrochoc. Tout cela je le vécus entre notre première enquête et la seconde, huit mois à reconstruire ma vie pour lui donner un nouveau sens et encore aujourd'hui je continue. Depuis j'ai vu et ressenti des choses en dehors des enquêtes incroyables. Que pour le coup je rêverai de filmer mais je pense que cela est impossible mais c'est une autre histoire. J'ai maintenant arrêté de manger dans les fast-foods, je ne bois plus aucune boisson qui ne soit pas naturelle. Je ne mange plus aucune viande rouge, d'œuf, etc… Les fruits,  les légumes et le bio sont devenu mes alliés. Certains voudront me cataloguer directement de végan ou autre chose du genre, mais moi je ne me vois dans aucune catégorie à part celle de ne plus vouloir m’empoisonner.

 

Je trie mes ordures, j’achète des vêtements parce que j'en ai besoin et non par mode ou envie, etc... Je ne veux plus alimenter une petite élite en mal de pouvoir qui joue aux marionnettes avec le reste de la planète pour son enrichissement personnel. Je m'efforce à mesure de me remettre dans l'écosystème naturel de notre planète et cela se fait pas à pas. Je continue à apprendre pour améliorer mon corps et donc ma réception. D'ailleurs, si vous aussi voulez passer un nouveau cap d'éveil, je vous invite à regarder cet entretien de Gilles Lartigot réalisé par Tistrya : Le pouvoir de l'alimentation youtu.be/udDRauVe1I8

 

Actuellement j'essaye de trouver la force pour me pousser à méditer régulièrement mais je suis du genre super-actif mentalement donc faire le vide en moi est très difficile. Mais je peux vous dire que toutes les fois où j'ai réussi à passer le cap, la méditation est le "next level". Si vous voulez vivre de l'incroyable de chez vous, ne cherchez plus médité. Mes courtes expériences ont été "magiques". Donc je n'abandonne pas l’idée, je sais que la vie me permettra un jour d'approfondir cette voie. Car oui l'aventure TB m'aura aussi appris la patience beaucoup patience. Aujourd'hui je fais face à mes peurs et maintenant je dors les jambes allongées la lumière éteinte. Bon ok de temps en temps je mets une petite bougie. Mais l'évolution, la révolution est là et continue à mesure. Mon Nebuchadnezzar se construit pas à pas.

 

 

Jonathan Dailler

(2016)

 

.

Rejoignez la communauté

À travers whatisthebelievers nous souhaitons vous faire entrer dans une expérience multi arts, via l'image, l'écriture, la musique et bien plus… Que l'expérience aille au-delà des épisodes. Continuer à développer l'enquête dans l'enquête. Nous espérons que vous prendrez plaisir à descendre toujours plus profond dans le terrier du lapin blanc et n'oubliez pas de suivre le chat blanc. Sandy & Jonathan

COPYRIGHT © 2013/2017 GATE 23 PRODUCTIONS. TOUS DROITS RÉSERVÉS (V.3)